Carine Clement

orgueNée en 1972 dans une famille de musiciens, Carine Clément commence très tôt sa carrière d’instrumentiste, jouant ses premières notes sur un violon, Elle avait alors trois ans mais, sans doute plus émue par les touches d’ivoire et d’ébène que par les cordes métalliques, elle opta l’année suivant pour le piano. Initiée très tôt à l’orgue par son père René Clément, qui œuvrait chaque dimanche dans l’église de Saint Chef en Isère, et où elle tournait les pages des immenses partitions, c’est tout naturellement qu’elle se tournera vers cet instrument quelques années plus tard.

Le Conservatoire National de Région de Lyon, où elle fera ses classes, sera sa deuxième maison. C’est donc sur la colline de Fourvière – « la colline qui prie » – qu’elle apprivoisera l’instrument emblématique des lieux sacrés. Tout un symbole sans doute.

Son CV se gonfle des traditionnels et non moins respectables diplômes : première médaille de formation musicale degré supérieur dans la classe de Bruno Wagner, médaille d’or de musique de chambre (quintette) dans la classe de Roger Germser, puis médaille d’or de piano dans la classe d’Anne Marie Lamy et premier prix de perfectionnement de musique de chambre (quatuor) chez Roger Germser. Et bien sûr, parallèlement étudiante dans la classe de Louis Robillard, elle obtient une médaille d’or d’orgue.

Descendant de sa colline vers les quais de Saône, elle entre alors dans la classe d’orgue de Jean Boyer au Conservatoire National supérieur de Musique de Lyon, se formant également, durant ces années studieuses, auprès de ses maîtres : Jean-Pierre Legay, Michel Bouvard, Pierre Perdigon… .Elle obtient rapidement le DNESM puis le CA d’Orgue. Autant de titres de reconnaissance de ses pairs… Mais tout ne fait que commencer.

Côté enseignement, elle dispense alors ses cours (orgue, piano, accompagnement, déchiffrage) dans les écoles de musique de la région Rhône Alpes et au-delà : Ecully, Brindas, CNR de Lyon, Chambéry, Saint-Etienne, Montluçon, Troyes, Craponne (où elle assure également la direction pédagogique) et enseigne aujourd’hui à Annonay et Villefranche sur Saône. Parallèlement elle est sollicitée pour donner des masterclasses en France et hors frontières comme ce fut le cas à Damas (Syrie), Yerevan (Arménie).

Poursuivant son cheminement lyonnais, elle passe d’une colline à l’autre, gagnant celle de la Croix Rousse – celle « qui travaille » – et devient titulaire de l’orgue de la chapelle des Chartreux, assurant les célébrations tout au long de l’année scolaire. Mais bien sûr, sa carrière de concertiste, débutée lors de ses études, s’amplifie au fil des ans. Elle donne des récitals, multiples dans sa région natale mais aussi en la cathédrale d’Evry, lors des festivals de la Roya ou du Vigan (Gard), en Autriche, à Malte, en Argentine…

Convaincue que l’orgue, n’est ni exclusivement un instrument solitaire, ni uniquement dédié à l’église, elle accompagne régulièrement chœurs et orchestres, tels l’Orchestre National de Lyon et l’Opéra de Lyon.

Musicienne classique s’il en est, Carine Clément s’est donné une mission : rendre cette musique, et l’orgue en particulier, accessible à tous. « Le public a en tête une image désuète de l’orgue et sans doute trop liée au sacré. Et pourtant, les œuvres pour orgue ne sont pas toutes religieuses, loin de là ! Nous interprétons beaucoup de morceaux profanes. Mon objectif est avant tout de proposer des œuvres à la fois accessibles au grand public et permettant de mettre en valeur toutes les sonorités des instruments sur lesquels je joue ».

Par ailleurs, il y a quelques années, les mélomanes l’ont découverte accompagnatrice de Guy Touvron, trompettiste que l’on ne présent plus, les deux musiciens formant désormais un duo fameux jouant en de nombreuses places. Ils ont ainsi offert leurs prestations aux publics de la Basilique Saint François de Sales de Thonon, de la Collégiale Notre Dame de Montbrison, de la Basilique de Gray, de la chapelle des Chartreux, de l’église de Sainte Foy lès Lyon, de l’Eglise de Fontaines sur Saône…

Publicités